Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche Aller à la page d'accueil

.Le site de Jean-Pierre DEMERLIAT

Le site de Jean-Pierre DEMERLIAT

19 11 2014

Capitaine Fracasse?

Lors d'une de ces émissions "politiques" dont France 3 Limousin est friande, l'ex maire de Limoges, défait en mars dernier, m'a qualifié du doux surnom de "Capitaine Fracasse".

C'est "freudien", comme aurait pu dire un important ancien politique local.
En effet, qui a "fracassé" l'héritage de Léon Betoulle et de Louis Longequeue, sinon l'invité de cette belle matinée? Qui a, avec une bienveillante complicité, observé le "fracassage" du canton de Bellac et de quelques autres, en 2008, ainsi que celui des municipales dans la même commune -et d'autres...- au printemps dernier?

La mairie de Limoges socialiste, de gauche, n'appartenait pas à un seul homme, mais à tous les socialistes, à toute la gauche, à toutes les femmes et tous les hommes de progrès, à toutes celles et tous ceux, qui, depuis plus d'un siècle, l'avaient conquise, façonnée et conservée.
C'était un dépôt sacré qui aurait dû être transmis, en temps utile, à un successeur choisi démocratiquement parmi celles et ceux qui s'étaient préparés à cet effet.

Dans la même émission, un journaliste a répété -ce n'est pas la première fois que l'on a entendu cette expression en ces lieux- que je "réglais mes comptes"-.
Non, je n'ai aucun compte à régler avec qui que ce soit.
J'écris tout simplement la vérité, pour l'édification des militants et sympathisants, tenus dans l'ignorance depuis des années des turpitudes de leurs dirigeants.
Si je racontais des fables, il y a belle lurette que celle(s) et ceux que j'épingle auraient hurlé au mensonge, notamment Madame Casus Belli*.

La connaissance du passé permet de mieux comprendre le présent et de préparer l'avenir en se préservant des erreurs qui, par exemple, ont coûté cher, ces derniers temps, aux socialistes et à toute la gauche.

Mais j'ai peut-être pris la mouche un peu trop vite: mieux vaut être surnommé "Capitaine Fracasse", qui, chez Théophile Gautier, n'était pas un mauvais bougre, que de mériter le qualificatif de "Liquidator"!
Après tout, le fameux capitaine était un héros romantique, lui!

* Cette dame est ainsi surnommée car elle déclare la guerre à quiconque ne met pas exactement ses pas dans la trace des siens...

27 10 2014

Elections sénatoriales : et de deux !...

Après le désastre des municipales à Limoges, Bellac, Aixe, Ambazac, Rilhac-Rancon notamment, le PS vient de perdre un siège sur les deux qu’il détenait au sénat depuis la nuit des temps.
Deux des trois responsables de la fédération socialiste (l’un en titre, les autres dans la réalité) ont donc été sanctionnés par les électeurs en peu de temps.

(Je ne reviendrai pas sur les municipales ; j’ai dit ce que j’en pense ici même il y a peu.)

L’actuel premier secrétaire de la fédération socialiste se voyait déjà au palais du Luxembourg. Les mauvaises langues disent qu’il avait même recruté ses collaborateurs parlementaires et qu’il avait trouvé un logement à Paris. (Mon illustre ancien collègue pourrait vous en dire plus…).
Las, les électeurs sénatoriaux en ont décidé autrement !

Pour quelles raisons ?
Essayons d’en identifier quelques unes.

Le candidat socialiste a été abattu par plusieurs flèches, dont aucune n’était peut-être mortelle, mais qui, ensemble, ont provoqué une hémorragie électorale fatale.

Tout d’abord, la perte d’un grand nombre de « grands électeurs », consécutive aux échecs de mars dernier.

Ensuite, ses visites dans les communes, d’après la rumeur, ont été plutôt contre-productives : suffisant, orgueilleux, vaniteux même, il a « fait la leçon » à nombre de ses interlocuteurs, dont la plupart avaient beaucoup plus de connaissances et d’expérience que lui. Comme je l’ai entendu dire par un fin observateur, « il est du genre à expliquer à son père comment on fait des enfants »…

De plus, il aurait dit un peu partout qu’après avoir battu votre serviteur à la désignation –avec l’aide de deux ou trois de ses « amis », et des miens, enfin, ex.- , il allait largement distancer sa colistière, ce qui n’a pas manqué de revenir aux oreilles de la dame ; cela, la connaissant, n’a pas dû beaucoup lui plaire. Pour parer ce grave danger, il lui a suffit de laisser pérorer l’homme tout à son aise…

Le fait que le dorénavant ex futur sénateur avait, en un premier temps été intronisé héritier de la présidence du conseil général, puis ait abandonné cette future sinécure pour une autre, à son sens meilleure, au grand dam de celui qui avait d’abord été pressenti, n’a pas forcément augmenté son capital-voix.

La gauche à la gauche du PS a manifestement voulu tailler des croupières au parti socialiste, sans aller toutefois jusqu’à s’aliéner la présidente du CG ; on ne sait jamais !
Le premier secrétaire fut donc la victime expiatoire.

Alors, maintenant ?

Maintenant, le premier secrétaire est un quasi-pestiféré !

Mon illustre ancien collègue, vous savez, l’expert en succès électoraux, celui qui a perdu en 93 une circonscription à l’époque imperdable, par son absence sur le terrain et son mépris des gens, circonscription qu’il avait promis de reprendre, celui qui, en 2008, a largement contribué à la perte du chef-lieu du canton dont il est l’élu et qui, en mars dernier, n’a pas levé le petit doigt pour le reconquérir.
Eh bien, mon illustre ancien collègue donc, après avoir encensé le candidat à la candidature, puis le candidat-sénateur, avant le dimanche fatal, après l’avoir « paterné » de près tout au long du fameux dimanche, l’a copieusement démoli sur France 3 Limousin dès le lendemain, sans observer le moindre délai de décence…
Mais, la décence…

La nouvelle sénatrice, elle, après avoir monté le candidat en épingle, après avoir magnifié sa jeunesse, contre un « vieux » comme moi, le couvre maintenant d’opprobre, sans doute pour se dédouaner d’avoir fait un tel choix – cf notamment les infos de France 3 du 16 /10.
Elle n’est d’ailleurs pas à un revirement près : ainsi, après avoir cumulé, accumulé même, tous les mandats disponibles dans un département, -municipal, cantonal, régional, législatifs (députée, maintenant sénatrice), elle se déclare aujourd’hui farouchement opposée au cumul (pour les autres ?).

Du triumvirat qui dirige dans la réalité la fédération depuis 2007, deux ont mordu la poussière en l’espace de six mois.

La troisième, réputée pour passer entre les gouttes, ou plutôt les grêlons dont elle a elle-même contribué à provoquer la chute, s’en est, elle, assez bien tirée.
Il faut dire que la dame, comme on dit chez nous « sait y faire ».
Elle a longtemps été une « fontaine lumineuse », répartissant harmonieusement et surtout utilement la lumière que d’autres lui fournissaient ; elle s’est ensuite mise à son compte, et, dès lors, sa manière de faire n’a pas toujours été compatible avec les intérêts généraux du PS dans notre département, mais personnellement, elle n’a pas, pour le moment, à s’en plaindre…

Pour assurer son arrivée en majesté au Sénat, elle n’a pas lésiné sur les moyens.
Un seul exemple : sa lettre de félicitations aux maires nouvellement élus ou réélus, qui est un modèle ( ?) du genre.
Elle y a expliqué, pour qui sait lire, et pas seulement entre les lignes, que la survie financière de leurs communes dépendait des subventions que le conseil général, c’est à dire elle-même, leur verserait,( ou pas…). Il est juste de rappeler que mon illustre ancien collègue avait, lui aussi, de son temps, largement usé de ce puissant argument, mais verbalement, lui…

Et ensuite ?

Nous sommes maintenant dans la préparation des élections départementales de mars prochain, avec un mode de scrutin modifié qui est tout sauf simple, à croire que les socialistes au pouvoir font tout pout se compliquer la tâche.

La nouvelle sénatrice ne sera plus présidente, non-cumul oblige (voir plus haut), mais, tout en ne voulant pas assumer la direction de la campagne -on n’est jamais trop prudente-, elle souhaiterait, c’est humain, un/une successeur(e) « à sa main », sans doute pour conserver un peu de pouvoir ; ça peut toujours être utile…
Elle souhaiterait également, d’après les rumeurs, que ses amis soient désignés, et les autres pas ; c’est dans les mœurs socialistes, notamment au plan local, depuis quelques années !

Dire que tout cela enchante tout le monde serait prendre quelques distances avec la réalité.
On pourrait en rire si d’autres catastrophes n’avaient aucune chance de se produire, mais ce n’est pas forcément le cas.

Espérons que les quelques responsables socialistes de cette fédération qui ne pensent pas en priorité qu’à leurs intérêts égoïstes puissent enfin se faire entendre ! (En ce qui concerne les militants, cela fait déjà quelques années qu’ils comptent pour du beurre.)

26 08 2014

Petite histoire des désignations, promotions et rétrogradations que tous les adhérents du PS ne connaissent pas forcément ...

On se souvient que la présidente du conseil général a abandonné, en 2012, son siège de député afin de pouvoir briguer plus élégamment, fin septembre, un mandat de sénatrice.

Lire la suite

18 07 2014

LE BAL DES HYPOCRITES

D'après La Rochefoucauld, "l'hypocrisie est l'hommage que le vice rend à la vertu".

Lire la suite

16 07 2014

Les 5 parlementaires de la Haute-Vienne appellent l'attention de la Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

Les cinq parlementaires de la Haute-Vienne appellent l'attention de la Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les inquiétudes qui pèsent encore, malgré des avancées, sur l'économie du transport dans la région.

Cliquez pour voir la lettre

27 06 2014

Lettre de remerciements aux militants socialistes

Cher(e) Camarade,

Céline et moi tenons à remercier celles et ceux qui nous ont fait confiance mercredi 18 juin dernier.

Comme je l'ai dit et écrit plusieurs fois, je n'avais aucun intérêt personnel, égoïste, à présenter ma candidature devant les militants. Simplement, je souhaitais pouvoir dire ce que je pensais de la situation dans laquelle nous nous trouvons, nous, Socialistes de ce département. Je l'ai fait.

Le combat pour la rénovation, la réorganisation de notre Fédération continuera car nombreuses et nombreux sont celles et ceux d'entre vous qui m'ont fait part de leur désir fort d'en finir avec les pratiques qui ont cours ici depuis plusieurs années.
A ce sujet, il est important que celles et ceux de nos camarades qui souhaitent un sursaut des Socialistes, notamment dans ce département, n'abandonnent pas notre Parti. Tant que celui-ci existe, et personne ne souhaite sa disparition, les actions utiles, indispensables, se mènent en en sein.

Mon âge, ma longévité dans le même mandat, (alors que je suis celui qui a le moins cumulé de toute sa vie politique et le premier a avoir pratiqué le non-cumul), expliquent en partie les résultats du 18 juin. Peut-être aussi les doux mots d'encouragements de mon illustre collègue ont-ils eu une petite influence ? Mais d'après ce que j'entends, c'est surtout à lui que cela n'a pas fait trop de bien... Chacun a apprécié son style délicat et ses paroles empreintes de poésie mais peut-être la mélodie a-t-elle été composée ailleurs...

Nous aurons certainement l'occasion d'en reparler.
Vous pourrez me retrouver sur mon site www.jp-demerliat.info (mais pas tous les jours...).

Bonnes vacances.
Bien amicalement.

16 06 2014

Interventions de Jean-Pierre Demerliat et Céline Puharré

Réunion de présentation des candidats socialistes aux sénatoriales le 16 juin 2014

Lire la suite

12 06 2014

Profession de foi de Jean-Pierre Demerliat et Céline Puharré

Vous trouverez ci-dessous la profession de foi de Jean-Pierre Demerliat et Céline Puharré pour la désignation, par les militants, des candidats socialistes à l'élection sénatoriale en Haute-Vienne.

Pour la consulter, cliquez ICI

28 04 2014

Lettre aux militants socialistes de la Haute-Vienne

Lors de l'assemblée générale de "réflexion" des militants, le 17 avril dernier, sur les résultats des élections municipales, je ne me suis pas exprimé sur le fond, d'abord parce que cela aurait été trop long mais aussi parce que, comme je l'ai indiqué, je souhaitais m'adresser à l'ensemble des militants de notre fédération. Le tsunami électoral qui vient de submerger les Socialistes en Haute-Vienne, avec la perte de Limoges mais aussi de Bellac et d'Aixe sur Vienne, parmi d'autres, bien que quelques succès aient été les bienvenus, doit nous amener à réfléchir sur les causes, les responsabilités et les solutions à apporter. Vous voudrez donc bien trouver ci-dessous un résumé de mes réflexions sur l'état de notre fédération.

Lire la suite

31 03 2014

COMMUNIQUE

L'ampleur du tsunami électoral qui a submergé le PS, lors des élections municipales, était difficilement prévisible, même si certains signes laissaient deviner que ce scrutin était très périlleux.

En effet, si le Président de la République et son gouvernement n'avaient pas d'autres choix politiques que ceux qui ont été mis en œuvre, nous savons bien que cela ne pouvait pas satisfaire l'ensemble de notre électorat, d'autant plus que l'on a rarement expliqué de manière simple et compréhensible la pertinence des choix effectués.

Mais la politique nationale, si elle a contribué à l'échec, n'est pas la seule responsable. D'autres facteurs ont participé à la déroute en Haute-Vienne. Chez nous, la correction est sévère : Limoges, Bellac, Aixe sur Vienne, Ambazac, Rilhac-Rancon figurent parmi les pertes les plus notables, même si des succès intéressants ont été les bienvenus.

A Limoges, si Alain Rodet, digne dans la défaite, à plusieurs reprises, de manière chevaleresque, a souhaité assumer la responsabilité de l'échec, cette position ne doit pas servir à masquer les erreurs dans la gouvernance de notre fédération. Il n'est pas le seul responsable.

Les Socialistes haut-viennois se doivent maintenant de réfléchir aux causes qui nous ont conduits à cet échec, d'autant plus que des signes annonciateurs étaient apparus dès les municipales de 2008, où plus de 20 000 de nos concitoyens ont perdu leurs maires socialistes au profit, le plus souvent, de nos adversaires, ou dans le meilleur des cas, de nos concurrents ; ce constat a été encore plus net lors des dernières cantonales ; j'y reviendrai le moment venu.

Il est urgent aujourd'hui qu'une réflexion en profondeur soit menée sur les raisons de ces échecs, leurs conséquences et les moyens d'y remédier.

Nos amis Socialistes sont nombreux, aguerris pour la plupart ; ils ont le droit d'être exigeants, ils ne veulent plus être privés de parole et de choix et ils doivent pouvoir s'exprimer en toute liberté.

Notre mouvement est à restructurer profondément.

Nous devons tous nous ressaisir, nous organiser pour être en mesure de regagner dans un avenir le plus proche possible le terrain perdu grâce à une réflexion de fond, une réflexion politique et également une réflexion stratégique.

Grâce à un travail de terrain, en nous appuyant sur notre force militante, nos élus et la plupart de nos responsables dont nous connaissons le sérieux, nous serons en mesure de retrouver les positions qui ont été celles des Socialistes jusqu'à présent.

Certains d'entre vous seront peut-être surpris par la franchise, peut-être la brutalité de mon propos mais dans les circonstances graves que nous vivons, l'heure n'est plus au déni, ni à l'acceptation béate mais à l'engagement de toutes et de tous.

03 03 2014

AMUSEMENTS INDECENTS…

Dans une de ses récentes "indiscrétions" du dimanche, le Populaire du Centre raconte que des "Socialistes" se sont "amusés" du fait que je salue François Hollande aux obsèques de notre ami René Teulade.

En ce qui me concerne, je ne suis pas allé à Argentat pour "m’amuser" ni me montrer comme certains et certaines, peu visibles, au moins politiquement, qui n’auraient même pas reconnu René si un jour ils l’avaient croisé, et dont celui-ci n’avait même jamais entendu parler…

Je m’étonne que de soi-disant adhérents du PS méconnaissent à ce point le fonctionnement du Parti au sein duquel ils prétendent militer. En effet, chez nous, au PS, on prend position lors des désignations, mais une fois un(e) camarade désigné(e), on fait tous bloc en sa faveur. C’est ce qu’ont fait tous les partisans des autres candidats à la primaire, et parfois de manière plus ostentatoire que moi, sinon plus sincère.

Pour la primaire, j’avais milité en faveur de Martine Aubry mais une fois François Hollande désigné, je l’ai soutenu, il était mon candidat et il est maintenant le Président de la République, le Président de tous les Français.
Je le soutiens d’autant plus qu’il traverse, avec son gouvernement, sa majorité, l’ensemble des Socialistes et de la gauche responsable, une passe difficile, comme j’ai toujours soutenu nos camarades qui ont été dans ce cas, sur le plan politique comme sur le plan personnel, et il me souvient d’au moins un épisode où je l’ai fait publiquement. J’ai même été le seul à m'engager de la sorte…


13 07 2007

Mentions légales

Editeur et Directeur de publication
Jean-Pierre DEMERLIAT
E-mail : jean-pierre.demerliat@wanadoo.fr

Hébergeur du site
SAS OVH
140 quai du Sartel, 59100 ROUBAIX
Tel : 0 899 701 761, Fax : 03 20 20 09 58
Courriel : support@ovh.com

Ce site utilise la technologie DOTCLEAR.

13 07 2007

Jean-Pierre DEMERLIAT



Sénateur honoraire
Membre honoraire du Parlement
Maire Honoraire de Saint Martin le Vieux
Né le 8 mai 1943 à Saint Martin le Vieux (87)
Instituteur à la retraite

FONCTIONS ET RESPONSABILITES

A - EN HAUTE-VIENNE
- Sénateur de la Haute-Vienne de 1990 à 2014 (élu en septembre 1990, réélu en septembre 1995 et en septembre 2004)
- Maire Honoraire de Saint Martin le Vieux
- Maire de Saint Martin le Vieux de 1977 à 2008
- Ancien Premier Secrétaire de la fédération socialiste de la Haute-Vienne (1986-1991 et 1996-2007)

B - AU SENAT
- Membre du bureau du groupe socialiste du Sénat
- Membre de la commission des finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation
- Rapporteur spécial de la mission "provisions"
- Membre de la Délégation du Sénat à l’Assemblée Parlementaire de l’OTAN
- Membre du Conseil d’orientation de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES)

13 07 2007

Me contacter

E-mail : jean-pierre.demerliat@wanadoo.fr

Administration